lundi, octobre 23, 2006

22/10/2006 Premier feux










Aujourd'hui on retire le mélange sable+terre qui nous a servi de base pour appliquer la première couche du dôme.
Cela se réalise sans problème.
MAIS, deux très bonnes idées sont à noter:
1) mettre un film plastique épais et résistant sur la sol une fois celle-ci terminée. (Dans notre cas, la sol est réalisée avec des briques semi-réfractaire). Donc ce mélange que l'on retire aujourd'hui repose sur ce film plastique.
2) une fois ce mélange terre-sable réalisé (celui que l'on retire aujourd'hui). Placer du papier journal sur toute la surface de cette demi sphère.

Pourquoi est-ce 2 bonnes idées ???
1)Ces deux manipulations congruent vers une dépose de ce mélange sable-terre plus aisée. En effet le plastique horyzontal va permettre de retirer avec prècision le mélange sur toutes les coins et la sol. Le papier journal sera l'indicateur de où commence la première voute à surtout ne pas endommager.
Sur les photos ou verra ces deux éléments.

2) deuxième bon point. De mettre du papier journal implique une surface de voute très lisse et quasi non granuleuse. Cela implique une résistance mécanique et abrasive accrue. Cette voûte cuiera avec nos premiers feux et deviendra résistante au même titre qu'une assiette en terre cuite.

On livre des photos de l'ensemble.

lundi, octobre 16, 2006

15/10/2006: Dernière couche = Enduit






Le 15/10/2006 dernière couche=enduit.
Réalisé avec terre( 2/3), sable (1/3) et paille (en moyenne 1cm de lg) en volume équivalent au sable.
On mélange à sec, ensuite on insère beaucoup d'eau, il faut avoir une composition équivalente à la pâte à crêpe en légèrement moins liquide.

Deux photos sont données pour voir le four avant de mettre l'enduit (à la fin du message).

La porte en bois a été retirée car elle commencait à moisir. On a été très tenter de grater le sable à l'intérieur du dôme. On fera cela dans 7 jour, il commence peut à moisir, mais pour des craintes d'éffondrement, et de faiblesse mécanique, la prudence l'emporte.





samedi, octobre 07, 2006

7/10/2006 : 3ième couche dôme




2 semaines de séchages entre la 2 et la 3ième couche.
A base de paille et terre, près de 6 cm d'épaisseur, devrait en théorie mourir sur la couche inférieur, ce qui n'est pas notre cas.
Rien de particulier à signaler.

24/9/2009: 2ième couche du dôme


Seconde réalisée après une semaine de séchage.
Composée de terre et paille, elle recouvre la même couche sur la sol.
Rien de particulier à signaler.



17/9/2006 : 1ère couche du dome



Sur la couche précédente et sans attendre; on place notre couche du dôme.
A base de terre et sable, le même dosage que la couche dessous la brique semi-réfractaire de notre sol.
Note: On décide de ne pas réutiliser notre sable calibré à 0,3. Il nous semble après réflexion qu'il n'est pas prédisposé à notre utilisation: pas assez de poussière, variété de grosseur pour réaliser une colle avec notre terre.
L'épaisseur de cette couche est environ de 4,5 cm, elle doit recouvrir la couche de même composition qui est sur la sol.

17/09/2006: intérieur et gabarit "démontable"



Sur la brique on pose un film plastique pour éviter les chocs.
On fabrique une "porte" en bois pour simuler l'entrée comme un gabarit.
On réalise un mélange au proportion très aléatoire à base d'eau, de sable, et un peu de terre pour lier l'ensemble.
Mais pas trop de terre, car cela doit être "démontable", ie facilement retirable.

15/09/2006 Fin de la sol



On décide de retirer la couche de sol la plus instable et mettre des brique semi-refractaire.
Elles sont été acquisent chez un artisant fabricant près de aizenay, 85190.
Elles sont tout simplements somptueuses.
Voyez vous même.
Elles ont été coupées à la meuleuse.

samedi, août 26, 2006

26/8/06 : Ajout d'une 4ieme couche






Ajourd'hui on retire la couche de 0,5mm de terre pure que l'on avait mis. Elle avait complètement craquelée.
On place alors une couche de env. 2cm d'apaisseur de terre/sable avec 1 dose de terre pour 4 dose de sable. On évite l'erreur précédente, ie trop d'eau on avait une solution trop liquide qui était très difficile à maconner. Aujourd'ui la consistence est bonne, le mélange eau/sable/terre était correct.

Astuce dans une poubelle : placer le mélange sec terre/sable est bien mélanger. Seulement après mettre progressivement mélanger, remettre de l'eau, remélanger, etc. jusqu'à une consistance pas trop liquide.

Une fois le matériau près on le dépose dessus et on lisse.

Ensuite une place une plaque de métal et des poids pour 1) tasser 2) égaliser et enfin pour avoir une sol avec un minimum d'aspérité.

vendredi, août 25, 2006

23/08/2006 Problème avec notre 3ième couche, ie la sol

23/08/2006
Notre sol, cette dernière couche n'est pas assez lisse. De gros grains de silice, issu du sable non tamisé emerge à la surface. Cela nous semble préjudiciable à l'utilisation alimentaire: les gros grains de silice peuvent se mettre à l'intérieur de nos futurs pains.
On décide de palier à ce probleme.
On décide de faire une pate (terre et eau) liquide. On la place sur le dessus. Après un lissage, le resultat est très satisfaisant, c'est propre est lisse, l'epaisseur est de 2mm environ.

mercredi, août 02, 2006

Mardi 1 Aout 2006: 3ième couche = la sol du four












La toisième couche est faite avec 2 ingrédients : sable et terre.
4 doses de sable pour 1 de terre. Je rappelle que cette terre est de l'argile boyée fine vendu en poudre. Marcel a acheté 3 sac de 40kg de cette terre à Aizenay (85190).
Aujourd'hui on a utilisé un sot de 10l rempli à 3/4. comme unité.
C'est à dire 3/4 de 10l de terre et 4*(3/4)l de sable.
Le sable que l'on acheté semble trop grossier, au finale vous verrez que la sol possède de nombreuses aspérité dû au gros morceaux de silice (entre 1 et 2mm).
Nous vous teindrons au courant de la suite.
Autre constatio, nous avons mis trop d'eau, cela fait une matière tros liquide et difficile à modeler, car elle ne reste pas en place.
En revanche le dosage, ie les 3/4l de 10l semble être au poil pour la superficie:
hauteur de 4,5 cm et un retrait de 7cm (env.) de la couche inférieur.
On livre les photos.
On note aussi que l'on a une un autre problème: le poids.
On rappelle que l'intervalle de temps entre chaque couche est entre 10 à 15 jours à peu près. A chaque fois la couche précédente n'était pas sèche, et même loin de la.
On note que l'ensemble est entreposé dans un garage légèrement humide et sombre ... à voir.
Bref chaque couche à tendance à légère moisire.
Pour notre problème de poids, on a été obligé 1) d'étayer dessous, et d'autre part de même mieux à niveau l'ensemble: cette dernière couche tellement liquide...

vendredi, juillet 28, 2006

Mercredi 26 Juillet 2006 - 2nd couche


Ce soir, on passe une seconde couche.
La premire n'est pas encore complétement séche, le plateau métallique que l'on avait déposé dessus forcé la fermentation, des pouces de végétaux commencé à émerger de cette première couche.



Comme je l'ai déjà dis (mais répétition est mère de pédagogie ;-)), on a décidé de le retirer. Deux compères ajustés près de cette couche permettent de voir les proportions:




Au bon d'un dizaine, quinzaine de jour, cette première couche est bien compacte et en encore humide, elle fait environ 8,5cm d'épaisseur pour moins d'un mètre de diamètre, un rebort (petit) a était fait pour enfourner.






On décide de placer dessus la seconde couche: en retrait de 7cm par rapport à la première couche et d'épaisseur 4,5 cm (on voit les proportions entre 1er et 2nd couche sur l'épaisseur et le retrait sur les photos). Cette couche est composée de paille de 5cm de longueur en moyenne, de terre et d'eau. Le dosage est de moitié/moitié terre/paille: pas au poids et au volume. Environ 2 sots de 10 litres pour nous: soit 2 sots de paille et deux sots de terre.



On a mis pas mal d'eau. L'ensemble est lourd mais facile à lisser.




Prévoir entre 30mn et 45 mn, c'est rapide et sympa à faire, nous étions trois: Marcel, didier et moi, philippe. Et comme on dis chez nous :

Après l'effort ... le réconfort.


mercredi, juillet 26, 2006

Mardi 18 Juillet 2006 - 1er couche

Première couche du four
Marcel a fait un gabarit avec des chutes de bois qu'il avait. Il a acheté la terre, 2 sacs de terre à Aizenay, la paille c'est par des amis, le bouche à oreille.

Voila les ingrédients:








La première photo c'est la paille

La seconde photo c'est la terre livrée en vrac:

On a choisit de mélanger dans une grosse poubelle, c'est la troisième photo.



cette première couche:
Mélange paille-terre : 1 part de terre + 6 parts de paille
comme dans sur le site indiqué plus haut:
http://onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-four-a-pain-en-terre-crue.php

Après le mélange dans la poubelle avec une quantité d'eau au jugé, et bien on arrive à cela tant bien que mal:





Pour obtenir la forme et l'épaisseur de 8,5 cm sur 95cm de diamètre de manière assez homogène, on tasse l'ensemble avec ce que l'on a sous la main.





Voila on laisse sécher.
Mais la plaque que l'on avait mis, elle était en métal, malgré les fortes chaleurs de cet été (entre 30 et 40 degré C°) et bien cette matière commencait à fermenter et à moisir. Décision fut prise de retirer la plaque de fer.

Environ 15 jours de séchage avant la seconde étape.